Où habiter ?

Foire d'empoigne à Paris !

Ou les tribulations d'un couple à la recherche d'un appartement...

 

Depuis 6 mois, le marché de l'immobilier parisien est extrêmement tendu. Peu d'offres (comme en 2009) et une demande très largement supérieure (ça c’est nouveau), en provenance majoritairement de primo-accédants à la recherche d'un studio ou d'un deux-trois pièces à Paris.


Résultat : comme sur tout marché déséquilibré, au profit du produit rare et recherché, des prix qui flambent au-delà parfois du raisonnable, des acquéreurs tenus de visiter dans la journée, sous peine de voir partir le bien dès le soir même, de faire une offre sur un coin table sans même avoir pris le temps de lire les diagnostics et les PV d’assemblée… Et peut-être s’entendre dire que leur offre n’est arrivée qu’en troisième position et qui plus est, sans le sésame de l'absence de condition suspensive de crédit.

 

Ce tableau assez noir (côté acquéreur, bien sûr !), est la situation que vivent actuellement et depuis environ six mois, la plupart des candidats à l’achat d’un appartement à Paris ou à proximité immédiate pour autant que le quartier soit desservi par le métro.

 

Au moindre appartement se présentant sur Internet ou en vitrine, un tant soit peu attrayant et à un prix à peu près raisonnable et c’est la foire d’empoigne. 40 appels, 15 visites dans la seule première journée, 5 propositions dont 3 au prix et 2 sans conditions suspensives de crédit. Si vous recherchez un studio ou un deux-trois pièces, vous recherchez ce que tout le monde recherche.

 

Vos alertes e-mails sur des sites professionnels comme se Loger sont de moins en moins utiles. En effet, compte tenu de la demande, il suffit aux agences de présenter leurs biens en vitrine et sur leur seul site internet pour vendre. Pour tenter de visiter, il vous faudra alors faire le tour des agences du secteur concerné, chaque semaine (sinon au bout d’une semaine, vous serez tout en bas de la pile). Le comble, c’est qu’au delà de la qualité de votre dossier, il faudra essayer de vous montrer sympa, ça peut aider et faire la différence.

 

L’agence vous appelle pour visiter un bien… quittez votre réunion à la minute, prévenez votre conjoint qu’il fasse de même, sautez dans un taxi (celui du célèbre film du même nom de préférence) et rendez-vous sur place. Vous arrivez sur place, votre conjoint est en retard. Tant pis, l’agence a 12 visites dans les 2 heures qui suivent, vous n’avez pas le temps de l’attendre et l’agence ou le propriétaire vous le fait parfaitement comprendre.

 

Vous trouvez l’appartement pas mal et puis surtout il est dans votre budget ou pas très éloigné. Et puis cela fait trois appartements que vous loupez. Vous aimeriez consulter les diagnostics et PV d’assemblée, voir la cave… Hélas, les diagnostics seront faits prochainement et l’agence n’a pas les clés de la cave.

 

Tant pis, vous vous lancez, après avoir obtenu verbalement l’accord de votre conjoint, encore coincé à 10 minutes de là. Vous faîtes une offre, sur un coin de  table, dans l’appartement (la prochaine visite ne devrait pas tarder). Au prix bien sûr et sans condition suspensive (le propriétaire ou l’agence vous font bien comprendre que sans cela, vous faîtes perdre du temps à tout le monde).

 

C’est fait. Vous rejoignez votre conjoint dans le café le plus proche. Vous y croyez et vous vous promettez d’appeler le lendemain à l’aube.

 

Le lendemain, au terme de 5 appels sans succès, on vous apprend qu’un autre couple, très sympa aussi était passé à peine une heure avant vous…

 

Bien sûr, le tableau que nous vous dressons est honteusement exagéré. Mais si vous recherchez un appartement à Paris actuellement, vous aurez surement vécu l’une ou l’autre de ces situations.

 

Alors, dans un contexte extrêmement difficile pour l’acheteur, prenez le soin de vous poser les bonnes questions :

 

-       Souhaitez-vous vraiment acheter maintenant ou pouvez-vous reporter votre achat ?

-       Avez-vous du temps à consacrer à votre recherche, au-delà des alertes e-mails ?

-       Serez-vous réactifs pour visiter sous 24-48H un bien correspondant à vos critères ? 

-       Avez-vous bien ficelé le budget global dont vous pensez disposer ?

 

Un dernier conseil. Ne vous engagez qu’après avoir parfaitement visité le bien convoité et de vous être assuré que le quartier vous convenait. Exigez de connaître les charges, la surface Carrez, de lire les diagnostics obligatoires et les derniers PV d’assemblée générale. Enfin, tenter d’évaluer au mieux la valeur du bien convoité pour ne pas acheter, par exemple, un bien dans le 10ième au prix du Marais et ce qu’elle que soit les qualités vantées.